Close
<% search.count %> <% search.count > 0 ? 'Results' : 'Result' %>
<% article['medias_ng_thumb']['alt'] %> <% article['medias_thumb']['alt'] %>
<% article['international_article']['title'] %>

<% article['international_article']['tagline'] ? ucfirst(article['international_article']['tagline'].toLowerCase()) : '' %>

  • (<% article['comments_count'] %>) Reviews
From From €<% article['min_price'] %>
From €<% article['min_price'] %> to <% article['max_price'] > 0 ? '€' + article['max_price'] : '' %>
Book

Les 12 Endroits les Plus Terrifiants de Paris

mercredi 26 mars

By Florian

Introduction

La ville de l’amour, la ville des lumières, la plus belle ville du monde… Paris ne manque pas de surnoms et de superlatifs quand il s’agit de la décrire. La Tour Eiffel, la Cathédrale Notre Dame, l’Arc de Triomphe, les Champs-Elysées, tant de noms qui font rêver ses visiteurs et qui caractérisent sa beauté. Mais les plus beaux endroits sont-ils vraiment si innocents et féériques ? De la sinistre guillotine aux tueurs en série du XXème siècle, voici un aperçu de quelques uns des lieux les plus terrifiants de Paris.

La Guillotine

La guillotine a été inventée par le professeur Antoine Louis (d’où son premier nom, la  Louisette), mais c’est le docteur Joseph Ignace Guillotin qui en fait l’instrument d’exécution officiel à la fin du 18ème siècle. Ce mode d’exécution a été appliqué jusqu’en 1977, date de la sortie du premier volet de la saga Star Wars ! La guillotine est l’un des symboles de la Terreur de la Révolution de 1790 à 1794 pendant laquelle des milliers de personnes sont passés à l’échafaud.

1/ Place de la Concorde : Anciennement appelée Place de la Révolution, c’est ici que 1119 personnes ont été guillotinées, dont le Roi Louis XVI et Marie-Antoinette. La guillotine était placée entre les Champs-Elysées et le centre de la place.

2/ Place de la Nation : Anciennement appelée Place du Trône Renversé, 1306 personnes périrent ici, ce qui en fait la place la plus ensanglantée de Paris.

3/ Intersection de la Rue de la Croix Faubin et la Rue de la Roquette: 5 pierres visibles sont encastrées dans la chaussée, marquant l’endroit exact où été placée la guillotine entre 1851 and 1899. C’est ici que 200 condamnés à mort de la prison de la Grande Roquette ont été exécutés. La prison fut détruite en 1900.

Tueurs en Serie

Les histoires de tueurs en série parisiens ont fait frissonner les habitants de la capitale pendant des siècles. Certains meurtres n’ont jamais été élucidés, et même aujourd’hui, certains tueurs rodent toujours dans ses rues. Deux personnages dont les meurtres donnent encore la chair de poule font figure de proue :

4/ Henri Désiré Landru : A la fin de la Première Guerre Mondiale, le nombre d’homme a dramatiquement baissé. Landru en profite pour séduire des veuves parisiennes, les leurrant vers le 22 Rue du Châteaudun pour les assassiner sauvagement. Il se débarrassait ensuite des corps dans sa résidence de banlieue. Landru est arrêté en 1919 et exécuté en 1922, sans jamais admettre ses crimes.

5/ Marcel Petiot: En 1943, sous l’Occupation, Petiot offre son aide aux personnes poursuivies par la Gestapo : le rendez vous était fixé la nuit dans sa demeure du 21 Rue Lesueur. Une promesse de pouvoir s’échapper en Argentine, mais la réalité est tout autre… En 1944, les pompiers, alertés pas les voisins intrigués par une odeur nauséabonde, découvrent des corps dépecés, certains déjà incinérés. Une petite chambre à gaz a même été découverte dans la cave de l’immeuble, dont la porte était munie d’un judas permettant à Petiot d’assister à l’agonie de ses 27 victimes…

Morts Tragiques

Beaucoup d’endroits à Paris sont admirés par les visiteurs chaque jour, seulement peu de gens connaissent les évènements tragiques qui s’y sont déroulés.

6/ le Pont des Suicidés : Qui n’a pas emprunté ce petit pont en pierre pour accéder à l’îlot au centre du lac du parc des Buttes-Chaumont ? Le nom est on ne peut plus explicite : depuis 1867, plusieurs personnes ont décidé de mettre fin à leurs jours en sautant de ce pont d’une hauteur de 22m. Des barrières empêchent aujourd’hui toute tentative de ce genre.

7/ Square du Vert Galant : ce petit parc situé à l’extrémité ouest de l’île de la Cité est très prisé par les pique-niqueurs parisiens en été. Mais au XIVème siècle, ce ne sont pas des pique-niques froids que l’on trouvait ici, mais des bûchers chauds. En Mars 1314, Jacques de Molay, le dernier des Templiers, fut brulé vif après avoir été accusé d’hérésie par le Roi Philippe IV le Bel.

8/ Place des Vosges : Le 30 Juin 1559, le roi Henri II reçoit un bout de lance en bois dans l’œil lors d’un accident de tournoi de joute et meurt quelques jours plus tard dans d’atroces souffrances dans sa résidence de l’Hôtel des Tournelles. Pour oublier cet incident, Henri IV fait détruire le Palais en 1612 et le remplace par la première place de Paris, la Place Royale devenue par la suite la Place des Vosges.

Endroits Hantés

Même les monuments les plus populaires ont leurs intrigues et leurs mystères: les portes de Notre Dame, la magie noire du Louvre, le mystère de la tombe de Napoléon… Voici deux endroits qui glacent encore le sang de ceux qui les fréquentent :

9/ La maison hantée de Pigalle : Au 1 Impasse Frochot se trouve une petite maison néo-gothique très charmante. Charmante ? A vous de voir… Victor Massé, compositeur Français, est mort d’une sclérose en plaques dans la maison. Quelques années plus tard, la propriétaire de la maison est assassinée à coups de tisonnier. Le nouveau propriétaire meurt également d’une sclérose en plaques… Et personne n’a su pourquoi Sylvie Vartan, propriétaire elle aussi, a quitté cette demeure brusquement en laissant tout derrière elle.

10/ La Grange aux Belles: Au 17ème siècle, le gibet de Montfaucon se dressait au milieu de l’actuel quartier de la Grange aux Belles, situé au sud-ouest du parc des Buttes-Chaumont. Cette large structure de pierres était composée de 45 compartiments où les gens étaient pendus et laissés à pourrir. Aujourd’hui, si vous tendez l’oreille la nuit tombée, vous entendrez encore les bruits de chaines et les gémissements des milliers de victimes.

Assassinats

Depuis toujours, Paris a été le théâtre d’assassinats tragiques. Des hommes puissants préféraient éliminer leurs rivaux au lieu d’emprunter la voie de la diplomatie. Les armes a feu ont peu à peu remplacé les poisons (appelés « poudres de succession » au moyen-âge). Voici deux assassinats qui eurent des conséquences historiques importantes.

11/ Henri IV: Le 16 Mai 1610, Henri IV quitte le Louvre pour se rendre à l’Hôtel du ministre Sully dans le Marais. Les festivités de mariage du roi de la veille bloquent le carrosse d’Henri IV près du cimetière des Saints-Innocents. Un inconnu vêtu de vert se jette alors sur le Roi, privé de protection à cet instant, et le poignarde à mort. Une dalle en face du 10 Rue de la Ferronnerie indique l’endroit exact où Ravaillac a assassiné Henri IV.

12/ le Duc d’Orléans: A la mort de Charles VI, une lutte pour le pouvoir fait rage. Le frère du roi décédé, le Duc d’Orléans s’empare du pouvoir, non sans déplaire à Jean Sans Peur, le duc de Bourgogne. Jean Sans Peur fait assassiner son rival dans une rue donnant sur l’actuelle Impasse des Arbalétriers, ce qui déboucha sur l’une des guerres civiles les plus sombres de l’histoire de France de 1407 à 1435, entre Bourguignons et Armagnacs.

Découvrez le meilleur moyen de visiter Paris, maintenant

Créez votre agenda