Close
<% search.count %> <% search.count > 0 ? 'Results' : 'Result' %>
<% article['medias_ng_thumb']['alt'] %> <% article['medias_thumb']['alt'] %>
<% article['international_article']['title'] %>

<% article['international_article']['tagline'] ? ucfirst(article['international_article']['tagline'].toLowerCase()) : '' %>

  • (<% article['comments_count'] %>) Reviews
From From €<% article['min_price'] %>
From €<% article['min_price'] %> to <% article['max_price'] > 0 ? '€' + article['max_price'] : '' %>
Book

La Guerre des Palaces

mardi 02 septembre

By Florian

1

Un an déjà… eh oui, aussi incroyable que cela puisse paraitre, cela fait maintenant 1 an que Parisianist a vu le jour, et durant ces 365 jours, nous avons parcouru Paris pour vous faire découvrir certains de ses trésors. Une année complète de découverte, nous entrainant du sommet de la Tour Eiffel au cœur des catacombes et du luxueux décor du Palais Garnier aux galeries éphémères du 13ème Arrondissement… Ça n’a pas toujours été facile, croyez-moi ! Qui aurait bien voulu prendre notre place lorsque nous bravions une pluie torrentielle (sans parapluie) pour l’exposition « Les Impressionnistes en Privé », ou que nous devions subir les odeurs nauséabondes du Musée des Égouts de Paris, ou encore affronter les horreurs visuelles du Musée Dupuytren, spécialisé dans les maladies humaines. N’étant pas partis en vacances cet été, nous nous sommes donc accordé une petite soirée de détente. Et quoi de mieux que de faire un tour dans les palaces de Paris pour décompresser ? 

2

Que les choses soient claires: ce n’était pas pour notre plaisir que nous avons accepté cette mission, mais bien pour des raisons professionnelles! En effet, il a fallu qu’on annule un diner entre amis car priorité au luxe parisien. Quelle contrainte! Je vous épargne donc les larmes… Le 1er Aout 2014 ne sera pas juste une date banale pour les palaces parisiens. Il se peut même qu’elle devienne une date historique et cela pour deux raisons : la réouverture du Plaza Athénée et l’inauguration du premier hôtel Européen pour The Peninsula. Deux références dans l’hôtellerie de luxe, symbolisant l’excellence de leurs villes respectives (Paris pour l’un, Hong Kong pour l’autre) et deux approches différentes. En résumé, une date majeure dans la Guerre des Palaces Parisiens : l’aube de l’affrontement entre le moderne et l’ancien.

3

Notre première étape était le Plaza Athénée. Situé sur l’Avenue Montaigne, probablement l’avenue la plus emblématique du shopping de luxe Français, le Plaza Athénée est l’un des hôtels les plus prestigieux de la capitale. Construit en 1909 dans un style architectural très éclectique, le Plaza Athénée a marqué l’histoire de Paris, servant de base de commandement aux Allemands avant de devenir le QG des troupes américaines pendant la Deuxième Guerre Mondiale. C’est également dans le Plaza Athénée que l’espionne / courtisane Mata Hari a été arrêtée en 1917. Cet icone de l’hôtellerie de luxe parisienne a fermé ses portes le 1er Octobre 2013 pour une rénovation complète, pour rouvrir le 1er Aout. Il fallait donc bien s’y déplacer pour prendre un verre !

Anecdote Parisianist : En Octobre 2013, pour ses 100 ans, une malle étanche a été enterrée sous le marbre de la Galerie des Gobelins (dans la cour intérieure). Elle contient de vieux objets ayant une relation privilégiée avec l’histoire de l’hôtel.

4

Le nouveau bar du Plaza Athénée a été conçu par Patrick Jouin, également responsable du bar précédent. Le design, qu’on se le dise, est un véritable succès. L’inspiration est venue du ciel et des nuages : il suffit de lever la tête pour admirer le magnifique plafond dont la forme nuageuse disperse une lumière bleue douce et agréable. L’inspiration se voit aussi dans le bar et la table du DJ, faits en verre transparent avec incrustations de nappes blanches rappelant là aussi la forme des nuages. Après une coupe de champagne gratuite (ouverture oblige), il était temps de commander une boisson. Ici aussi, l’ancien fait place aux nouvelles technologies : pas de menu, juste un sous verre avec flash code. Pour voir la longue liste de boissons, il a fallu donc que nous downloadions une application et que nous attendions assez longtemps… À terme, il sera possible de commander directement via l’application. Mais pour le moment, la commande était à l’ancienne: « un M3 et un B2 s’il vous plait ». Les noms peuvent porter à confusion, et le personnel va devoir s’y habituer, mais un « soft opening » sert justement à prendre ses marques et corriger les petites imperfections. Qu’importe ! Le service est parfait et le décor absolument somptueux.

5

20h déjà… Difficile de quitter ce lieu enchanteur, mais l’idée de découvrir un nouveau venu dans le monde des palaces parisiens était motivant : le Peninsula. Après avoir admiré la cour intérieure du Plaza Athénée et le somptueux restaurant d’Alain Ducasse, nous nous sommes dirigés vers l’Arc de Triomphe, situé à deux pas du Peninsula. Rien que l’immeuble est impressionnant : de style Haussmannien, la grandeur imposante de l’édifice, la pureté des rénovations (moulures et plafonds) et l’incorporation de la technologie de pointe fascine. Après une visite de la réception et des parties communes du rez-de-chaussée, l’ascenseur nous a conduit vers l’Oiseau Blanc, un bar/ restaurant sur les toits de l’hôtel. La déception fut profonde : le bar était fermé mais nous avons quand même pu profiter de la belle vue et admirer la reproduction de l’Oiseau Blanc. Cet avion aurait pu être le premier avion à survoler l’Atlantique, mais il s’est abimé en mer à quelques kilomètres des côtes Américaines, sa destination, en 1927.

Anecdote Parisianist : les deux statues de lions chinois à l’entrée du Peninsula sur l’Avenue Kléber sont symboles de chance selon de vieilles croyances asiatiques.

6

Solution de replis donc : la terrasse du rez-de-chaussée. Ô désespoir ! Celle-ci était complète. On a demandé au personnel une place assise, mais les uns répondaient qu’il fallait voir avec les autres… Bien entendu, nous n’avions pas choisi le meilleur moment pour venir et les choses se sont empirées quand une femme est tombée dans les portes rotatives. Notre mission au Peninsula s’est donc écourtée bien plus tôt que prévu, mais le désir d’y revenir était bel et bien là, car un hôtel de ce standing mérite plusieurs visites.

7

Mais nous n’allions pas abandonner l’idée d’un délicieux cocktail sur une terrasse avec une vue imprenable sur Paris aussi vite, et l’option 5 étoiles juste en face du Peninsula allait bien évidemment faire l’affaire : Le Raphaël. Pour ceux qui ne connaissent pas, voici un argument de poids pour vous inciter à y aller : c’est peut-être la plus belle terrasse de Paris. Des cocktails délicieux, un service irréprochable et une vue magnifique sur la plupart des monuments emblématiques de Paris (Arc de Triomphe, Tour Eiffel, Montmartre). Le prix élevé peut en dissuader certains (15€ pour une petite bouteille de Coca Cola, 27€ pour un cocktail), mais pour nous, il n’y avait pas de meilleur moyen pour finir cette mission professionnelle : un verre de vin à la main avec une vue sur la Tour Eiffel scintillante à 22h.

8

C’était un « soft opening », et nous n’avons pas pu visiter les chambres ce soir-là, mais gardez un œil sur l’arrivée prochaine de la section Hôtels dans Parisianist pour y découvrir les Palaces parisiens. Une question demeure cependant. Qui gagnera cette guerre des titans de l’hôtellerie de luxe ? Est-ce que ce sont les hôtels historiques de Paris qui ont régné en maitres absolus en tant que fournisseurs de confort aux plus aisés depuis le début du XXe siècle, ou est-ce que ce sont les nouveaux géants, aux allures et approches plus modernes ? À mon avis, la confrontation se terminera avec une poignée de main amicale car à chacun son palace. Certains aiment le cachet d’un hôtel ancestral, d’autre la fraicheur de l’ultra-moderne. Pas de gagnant donc entre l’épée classique et le sabre de lumière. Il en résulte seulement une expérience extraordinaire dans les deux mondes, surtout quand cela se passe à Paris.

Découvrez le meilleur moyen de visiter Paris, maintenant

Créez votre agenda