Close
<% search.count %> <% search.count > 0 ? 'Results' : 'Result' %>
<% article['medias_ng_thumb']['alt'] %> <% article['medias_thumb']['alt'] %>
<% article['international_article']['title'] %>

<% article['international_article']['tagline'] ? ucfirst(article['international_article']['tagline'].toLowerCase()) : '' %>

  • (<% article['comments_count'] %>) Reviews
From From €<% article['min_price'] %>
From €<% article['min_price'] %> to <% article['max_price'] > 0 ? '€' + article['max_price'] : '' %>
Book
Les Charmes de Montmartre Ruelles

Les Charmes de Montmartre

  • (<% comments_count %>) <% comments_count > 1 ? 'Commentaires' : 'Commentaire' %>

Vous allez aimer:

Au Moyen-âge, le village de Montmartre était déjà un endroit très fréquenté, en partie grâce à la légende de Saint Denis, le premier évêque de Paris. Mais même après son intégration à la ville de Paris en 1860, le quartier a gardé son ambiance de village, avec ses ruelles, son vignoble et ses nombreuses curiosités. Suivez les traces d’Amélie Poulain et découvrez la magie de Montmartre. Amicalement, Parisianist.

  • <% price_category.international_price_category.title %>

1. Selectionnez votre ticket

<% price['international_price']['title'] %>
Réduction €<% price['price'] %>  À partir de €<% price['from'] %> €<% price['price_off'] %>

  • <% special_offer.trim() %>
  • €<% price.price_off %>
  • <% ticket.trim() %>
  • <% not_included.trim() %>
  • <% what_to_know.trim() %>

2. Selectionnez votre horaire

You must choose a date
  • Ticket valable pour un an
€ <% roundDecimal(currentPrice.item.final_price * currentPrice.item.nb_taken) %>

€ <% special_price.total ? special_price.total : 0 %>

Total:
€<% currentPrice.item.total %>
RESERVER

Notre Engagement


  • Meilleurs Prix Garantis
  • Paiement Sécurisé
  • Sans frais de réservation
  • Sans frais d'annulation

À propos


Y aller
1 Rue de Steinkerque, 75018 Paris
Ligne 2 - Anvers
Ligne charms-of-montmartre-walking-tour

L'article de nos experts

Steinkerque

Quittez le métro à la station Anvers et immédiatement sur votre droite, vous verrez une rue étroite et animée. La Rue de Steinkerque est probablement l’une des rues les plus fréquentées de Paris, car beaucoup de visiteurs l’empruntent pour se rendre à la Basilique du Sacré Cœur. Dans cette rue se trouvent principalement des boutiques de souvenir, mais aussi quelques boutiques originales, comme La Cure Gourmande (au numéro 8), qui semble tout droit sortie du conte Hansel et Gretel ou Maison Georges Larnicol, un chocolatier avec un petit musée (au numéro 9).

Conseil Parisianist : ne vous laissez pas avoir par les attrapes-touristes dans la rue : des filles faisant semblant d’être sourdes et muettes faisant signer de fausses pétitions, des hommes faisant des bracelets qu’ils attachent à votre poignet et vous font payer ou des jeux de chance (la maison gagne toujours !)

Jardins Sacré Coeur

Au bout de la Rue de Steinkerque, vous avez 3 options pour monter jusqu’au Sacré Cœur.

Option 1 : Pour y accéder sans effort, prenez le funiculaire à gauche, à 50m environ (prix d’un ticket de métro)

Option 2 : Juste à coté du funiculaire se trouvent les escaliers qui mènent jusqu’en haut de la colline.

Option 3 : la montée la plus intéressante se fait à travers les jardins du Sacré Cœur, immortalisés dans le film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain. Cette option offre de belles vues sur Paris et le Sacré Cœur et la montée est relativement facile.

Sacré Coeur

La Basilique du Sacré Cœur est le second monument le plus visité de Paris après la cathédrale Notre Dame. La basilique est officiellement ouverte en 1919 et constitue un endroit de prière perpétuelle, jour et nuit, avec une intention particulière pour la paix dans le monde. De grandes statues de Jésus, Jeanne d’Arc et Saint Louis décorent la façade extérieure, alors qu’à l’intérieur, on y trouve la mosaïque la plus grande de France.

Conseil Parisianist : La visite de la Basilique du Sacré Cœur est gratuite, mais pas celle du dôme et de la crypte (8€, entrée sur le coté ouest au sous-sol). La vue de Paris du dôme est magnifique, mais la montée est difficile (300 marches dans un escalier très étroit).

Rue Chevalier de la Barre

Contournez le Sacré Cœur en prenant la rue du Cardinal Guibert et la Rue du Chevalier de la Barre. D’ici, et plus particulièrement du petit parc à l’arrière du Sacré Cœur, vous aurez un angle original pour prendre la basilique en photo. Le mur en face du Sacré Cœur au coin de la Rue Chevalier de la Barre et Rue de la Bonne est l’endroit où 2 généraux ont été fusillés. Ces généraux, qui avaient donné l’ordre de tirer sur la foule, ont été exécutés par leurs propres soldats qui ont refusé d’obéir aux ordres. Ceci marqua le début de la guerre civile de 1871 : La Commune.

Anecdote Parisianist : le nom Chevalier de la Barre vient du nom d’un jeune chevalier du XVIIIe siècle, torturé et décapité en 1766 pour ne pas avoir ôté son chapeau à la vue d’une procession religieuse.

Jardin Sauvage

Descendez la Rue de la Bonne et tournez à gauche dans la Rue Saint Vincent. Au 11bis, à l’intersection avec la Rue du Mont-Cenis, une plaque indique le lieu de résidence du compositeur Hector Berlioz en 1835, qui repose aujourd’hui dans le cimetière de Montmartre aux côtés de ses deux femmes. Continuez sur la Rue Saint Vincent et à quelques mètres, vous verrez les grilles du Jardin Sauvage Saint Vincent. Ce jardin a été volontairement abandonné pour préserver la biodiversité de la région.

Conseil Parisianist : le jardin est fermé au public, mais des visites sont proposées 2 à 3 fois par mois. L’emploi du temps est visible sur la grille et il suffit de se présenter devant la grille au moment de la visite pour participer (pas de réservation nécessaire)

Clos-Montmartre

Un peu plus loin dans la Rue Saint Vincent se trouve le Clos-Montmartre, le seul vignoble officiel de Paris. Des témoignages de l’existence d’un vignoble sur la butte Montmartre remontent à 944, mais au fur et à mesure, la superficie du vignoble a diminué. En 1860, quand le village de Montmartre a été incorporé à la ville de Paris, le vignoble a été abandonné aux mendiants. Ce n’est qu’en 1933 que les vignes ont refait surface ici. Aujourd’hui, il y a environ 1760 pieds de vigne dans le Clos-Montmartre.

Anecdote Parisianist : pour se moquer de la qualité du vin de Montmartre (appelé la Goutte d’Or), un proverbe du XIIIe siècle dit «  C’est du vin de Montmartre : Qui boit pinte pisse quarte » (1 pinte = 0,93 litres / 1 quarte = 67 litres)

Le Lapin Agile

Faisant face au Clos Montmartre, au coin de la Rue Saint Vincent et la Rue des Saules, se trouve le cabaret Le Lapin Agile, nom venu de la peinture de la devanture peinte par Gill : le lapin à Gill. Au XVIIIe siècle, à l’inverse du Bas Montmartre, le quartier en haut de la butte est calme et serein, attirant de ce fait beaucoup d’artistes. Le Lapin Agile devient le rendez-vous favori des artistes bobos du début du XXe siècle. Picasso et Toulouse Lautrec passent du temps au Lapin Agile, et même Charlie Chaplin y a fait une visite.

Anecdote Parisianist : Le père Frédé, propriétaire du Lapin Agile, ne supportait pas l’art abstrait, préférant la peinture réaliste. Afin de se moquer de Picasso et les artistes abstraits, Père Frédé et le peintre Dogelès présentent une peinture abstraite de Boronali, un artiste Italien inconnu. Très vite, la toile Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique remporte l’admiration de « la bande à Picasso ». Cette admiration n’est que de courte durée : les deux comploteurs révèlent bientôt que Boronali n’est autre que Lolo, l’âne du Père Frédé. Ils avaient accroché un pinceau à la queue de l’animal !

Château des Brouillards

Continuez la rue Saint Vincent en longeant de vieilles arches sur la gauche jusqu’à la Place Constantin Pecqueur. Tournez à gauche et montrez les escaliers vers la Place Dalida, chanteuse dont la statue se trouve au centre. Tournez immédiatement dans un petit passage piéton à droite. Au coin, sur la gauche se trouve le Château des Brouillards. Construit en 1772, le château se trouvait souvent entouré d’un brouillard qui venait probablement des vapeurs créées avec le contact de l’eau de source naturelle arrivant en contact avec l’air frais dehors.

Anecdote Parisianist : si vous avez 7 800 000€, vous pouvez essayer d’acheter ce château. Il est actuellement en vente.

Saint Denis

A la fin du passage, tournez à gauche et entrez dans le Square Suzanne Buisson. Montez les escaliers et dirigez-vous tout droit vers la statue de Saint Denis. Saint Denis était le premier évêque de Paris au IIIe siècle. Décapité en raison de son église clandestine (la chrétienté était encore mal vue à l’époque par les romains), la légende raconte qu’il prit sa tête dans ses mains et marcha 6km vers le nord de Paris, pour s’effondrer à l’endroit où se trouve actuellement la Basilique de Saint Denis. En chemin, Saint Denis s’arrêta au pied d’une fontaine pour y nettoyer sa tête, l’endroit étant l’emplacement où se trouve la statue de Saint Denis ici.

Musée de Montmartre

Quittez le Square Suzanne Buisson en empruntant la sortie faisant face à la statue de Saint Denis et tournez à gauche dans la Rue Girardon. De retour sur la Place Dalila, tournez à droite dans la Rue de l’Abreuvoir. Au XVIIe siècle, cette rue menait à l’abreuvoir de Montmartre, d’où son nom. C’est également un endroit photogénique retranscrivant très justement l’atmosphère de Montmartre. Arrêtez-vous à la Maison Rose au coin en haut de la Rue de l’Abreuvoir si vous souhaitez faire une pause. Continuez tout droit dans la Rue Cortot. Le Musée Montmartre (12 Rue Cortot, 9€, 10h-18h tous les jours) présente une collection intéressante de peintures, photos et objets d’art des artistes les plus prestigieux de Montmartre, tels que des toiles de Toulouse Lautrec ou l’affiche ‘Cabaret du Chat Noir’ de Steinlen.

Conseil Parisianist : N’oubliez pas de visiter les jardins où Auguste Renoir, un peintre impressionniste, a vécu et peint. Erik Satie, un compositeur Français, a vécu au 6 Rue Cortot. 

Ruelles

Dirigez-vous vers la fin de la Rue Cortot et tournez à droite dans la Rue du Mont-Cenis. Après avoir passé la tour d’eau et quelques galeries d’art, tournez dans la très étroite Rue Saint Rustique. N’oubliez pas de vous retourner lorsque vous serez dans la Rue Saint Rustique pour admirer la vue du Sacré Cœur dominant la petite ruelle. A la fin de la rue se trouve l’un des bâtiments les plus vieux de  Montmartre, le Café Le Consulat. Construite au IXe siècle, cette maison a également accueilli des artistes comme Picasso, Van Gogh, Sisley ou Monet.

Anecdote Parisianist : Utrillo, l’un des grands peintres de Montmartre, a peint Le Consulat et la Rue Saint Rustique. Certaines de ses peintures se trouvent au Centre Georges Pompidou.

Saint Pierre de Montmartre

Tournez à gauche et remontez la Rue Norvins vers le Sacré Cœur. Avec la Rue Saint Rustique, la Rue Norvin est la rue dans Montmartre qui a le mieux gardé son aspect villageois du XVIIIe siècle. Dirigez-vous vers la fin de la Rue Norvins, en passant la Place du Tertre, jusqu’à l’église Saint Pierre de Montmartre, l’une des plus vieilles églises de Paris. Construite sur les ruines du Temple de Mercure (temple romain) au 7e siècle, l’église faisait partie d’une abbaye de bénédictines. Le monastère fut détruit en 1794 pendant la Révolution, mais l’église échappa miraculeusement à cette destruction.

Anecdote Parisianist : les 4 vieilles colonnes dans l’abside de l’église Saint Pierre de Montmartre sont les derniers vestiges du Temple de Mercure, construit il y a 1800 ans.

Place du Tertre

Revenez maintenant vers la Place du Tertre. Cette place était à l’époque utilisée pour les exécutions contrôlées par les nones bénédictines avant le XVIIIe siècle. C’est maintenant le lieu de rendez-vous des artistes de rue et l’un des endroits les plus populaires de Montmartre. C’est ici que l’on trouve le vrai esprit de Montmartre : l’art. Vous pouvez vous faire faire un portrait ou une caricature pour quelques euros, ou simplement vous asseoir sur une des terrasses pour déguster un café accompagné d’une petite crêpe. A l’est de la Place du Tertre se trouve l’ancienne mairie, lorsque Montmartre était encore un village indépendant avant son annexion à Paris en 1860.

Espace Dali

De la Place du Tertre, prenez la Rue du Calvaire. Tournez à droite avant les escaliers, dans la Rue Poubot. A quelques mètres se trouve l’Espace Dalí (6€, 10h-18h tous les jours), l’unique Musée à Paris dédié au maitre du Surréalisme. A l’intérieur, vous y verrez quelques-unes de ses peintures et sculptures. L’artiste espagnol a vécu à Paris pendant quelques années, sur les conseils de son compatriote Joan Miró, et c’est à Paris que Dalí rejoint le mouvement surréaliste. Il vécu ensuite aux Etats-Unis pendant 8 ans, où il connut un succès international  avant de retourner en Espagne où il prit un virage artistique vers l’art de la Renaissance. 

Le Passe Muraille

Continuez la Rue Poulbot jusqu’au bout (elle fait un virage vers la gauche), puis tournez à gauche dans la Rue Norvins. Au 22 Rue Norvins, vous verrez la Folie Sandrin, une maison construite en 1774 et qui a servi d’hôpital psychiatrique au XIXe siècle. Grâce aux nouveaux traitements qui se différenciaient avec les traditionnelles méthodes de réclusion et enchainements, beaucoup de Montmartrois y ont suivi une thérapie. Continuez la Rue Norvins jusqu’à l’intersection avec la Rue Girardon. Juste un peu avant l’intersection, sur la droite, se trouve la statue du Passe-Muraille, tirée du roman de Marcel Aymé. Le héro du roman perd soudainement sa faculté de pouvoir passer à travers les murs, se retrouvant prisonnier du mur, avec sa guitare et un peintre comme seuls compagnons.

Anecdote Parisianist : le livre se déroule à cet endroit précis, Rue de Norvins, où Marcel Aymé vivait.

Le Moulin de la Galette

Tournez à gauche dans la Rue Girardon, et à la fin de la rue, sur votre droite, vous verrez le restaurant Le Moulin de la Galette, avec son moulin sur le toit. Des 14 moulins qui fabriquaient la farine et le pain pour les Montmartrois du XVIIIe siècle (les propriétaires offraient un verre de lait aux clients), seuls deux moulins ont survécu, l’un étant le Radet, construit en 1717. Après l’invasion des troupes Russes en 1814 suite à la défaite de Napoléon, le moulin devient un bar accueillant les artistes et auteurs de l’époque. Puis, après avoir été utilisé comme bureau d’émission de radio, la partie inférieure du moulin est devenu un restaurant en 1980.

Anecdote Parisianist : L’une des peintures de Renoir, qui s’intitule « Le Moulin de la Galette » et visible au Musée d’Orsay, décrit l’ambiance festive du bar de l’époque. 

Le Bateau Lavoir

Traversez la Rue Lepic et prenez la petite ruelle Rue d’Orchampt. La rue tourne vers la gauche, et c’est dans la maison qui se trouve sur la droite avant le virage que Dalida a vécu avant de se donner la mort en 1987 (propriété privée). Lorsque vous arrivez à la fin de la Rue d’Orchampt, tournez à droite. Longez le mur sur votre droite et à une vingtaine de mètres, vous vous retrouverez devant le Bateau Lavoir. En 1889, cette manufacture de piano a été modifiée pour accueillir des ateliers d’artistes. Depuis cette date (et toujours aujourd’hui), le Bateau Lavoir a accueilli un grand nombre d’artistes. C’est ici que Picasso avait son atelier pendant sa période Bleue et Rose et au début de sa période cubiste.

Anecdote Parisianist : Les vieux ateliers on été ravagés par un incendie en 1970, donc ils n’existent plus. Les nouveaux ateliers ne sont pas visitables.

Place des Abbesses

Descendez les escaliers non loin du Bateau Lavoir et tournez à gauche dans la Rue des 3 Frères. A la première intersection, sur la gauche, vous trouverez l’épicerie « Maison Collignon » du film Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, donc l’enseigne décorative est toujours visible. Continuez la Rue des 3 Frères et tournez dans la Rue Vieuville. Celle-ci fait un virage à droite avant de déboucher sur la Place des Abbesses. La place doit son nom à la mémoire des nones de l’abbaye de Montmartre qui dominait à l’époque la butte Montmartre. La Place des Abbesses est aujourd’hui une place vivante qui accueille de temps en temps un petit marché ainsi qu’un manège pour les enfants. Vous pouvez visiter l’église en briques rouges Saint Jean de Montmartre, construite en 1904, ou visiter le jardin à l’opposé de l’église, connu pour son Mur de l’Amour, où les mots « Je t’aime » sont traduits dans toutes les langues.

Anecdote Parisianist : la station de métro Abbesses est la station la plus profonde de Paris, à 36m sous la surface.

Le Moulin Rouge

Empruntez la Rue des Abbesses vers l’Ouest. La Rue des Abbesses est une rue commerçante qui propose une multitude de boutiques, restaurants et cafés, très fréquentée par les Parisiens. A la quatrième intersection sur la gauche, tournez dans la rue Lepic. Elle fut construite par Napoléon pour accéder plus facilement au sommet du mont. En effet, l’Empereur n’était pas satisfait de devoir descendre de son cheval et finir à pied dans des sentiers boueux, alors il ordonna la construction de la rue. A la fin de la Rue Lepic se trouve la Place Blanche et son fameux cabaret Le Moulin Rouge. Construit en 1889 et inspiré du cirque traditionnel, le cabaret a connu un succès immédiat et demeure aujourd’hui le temple du French Cancan.

Anecdote Parisianist : le mot Cabaret bien du vieux Français, signifiant établissement où l’on vend des boissons.

Place Pigalle

Deux choix s’offrent à vous. Vous pouvez prendre le Boulevard de Clichy vers l’ouest pour visiter le Cimetière de Montmartre (tournez dans l’Avenue Rachel), ou visiter le quartier rouge de Pigalle. L’origine du quartier rouge de Pigalle remonte en 1784, lorsque le Mur des Fermiers Généraux fut construit pour taxer les produits entrant dans Paris (principalement le vin) et lutter contre la contrefaçon. Le vin devenant cher à Paris, les bars et les lieux de divertissement se multiplient de l’autre coté du Mur, dans le Bas Montmartre. Aujourd’hui, le Boulevard de Clichy vers Pigalle continue cette tradition avec sa forte concentration en bars et sex shops. Le Musée de l’Erotisme se trouve au 72 Boulevard de Clichy (10€, 10h-2h du matin tous les jours). A l’inverse, le cimetière de Montmartre marque une vraie cassure avec le bruit des rues de Montmartre, offrant aux visiteurs une magnifique architecture funéraire et une liste de personnalités qui y sont inhumées. La station de Métro Pigalle se trouve sur la Place Pigalle et le métro Place de Clichy se trouve au sud, non loin du cimetière.

Conseil Parisianist : si vous avez le temps de voir les deux (recommandé), commencez par le quartier de Pigalle avant de voir le cimetière.

Ce que d'autres voyageurs en pensent (<% comments_count %> <% comments_count > 1 ? "Commentaires" : "Commentaire" %>)

  • Avatar
    "<% comment.title %>"

    <% comment.user != null ? comment.user.pseudo : comment.pseudo %>, <% comment.user != null ? comment.user.country.international_country.country_name : comment.country.international_country.country_name %>, <% comment.created %>

Voir plus de commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Soumettre le commentaire